Publication : vendredi 27 octobre 2017

 

Mosquee Halluin

Sermon du : 2017/10/27

Lieu : Mosquée Tawhid - Halluin

Thème du Sermon :  L’histoire de l’Islam

 

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

O musulmans !

L’esprit humain évolue par les nombreuses études et expériences et il en est de même pour la foi en Allah : elle augmente également par les nombreuses études et expériences ainsi que par l’observance de l’état des gens, leurs rires et leurs pleurs, leurs victoires et leurs défaites.

Ainsi, Allah taala nous a ordonné d’étudier l’histoire, d’en tirer des leçons, tout en tirant également des bénéfices de l’état des gens à travers l’histoire et de la tradition d’Allah. Ceci afin que la raison humaine et la foi augmentent.

Allah taala a dit :

(Dis: «Parcourez la terre et regardez ce qu’il est advenu de ceux qui traitaient la vérité de mensonge».)

Allah soubhanah dit également :

 (Que ne voyagent-ils sur la terre afin d’avoir des cœurs pour comprendre, et des oreilles pour entendre? Car ce ne sont pas les yeux qui s’aveuglent, mais, ce sont les cœurs dans les poitrines qui s’aveuglent.)


Lorsque nous souhaitons méditer sur l’histoire de l’islam, religion à laquelle nous appartenons, nous remarquons que 14 siècles se sont passés et que nous pouvons les décomposer en 5 périodes distinctives.

1 ) la période prophétique et celle des califes bien guidés

2) la période du califat Omeyyade

3) la période du califat abbasside

4) la période du califat ottoman

5) la période de la dissolution et de la division qui a commencé lorsque l’état turc et le califat ottoman  ont été renversé.

Telles sont les 5 périodes dans notre longue histoire.

Lorsque l’on regarde la période prophétique, nous trouvons que le prophète (saws) a été choisi par Allah azza wa jal pour éduquer les arabes et l’humanité toute entière. Sur une période de 13 années, le prophète a réussi à unifier tous les arabes qui étaient alors composés de nombreuses tribus et dotés d’un tempérament rugueux et à la force dispersée.

Avant de rejoindre son seigneur, le prophète les a laissé unis en une communauté « oumma » dont l’étendard était le verset:

(Cette communauté, la vôtre, est une seule communauté, tandis que Je suis votre Seigneur)

Lorsqu’Allah donna la mort à son prophète, les califes bien guidés lui succédèrent. Ils restèrent sur la voie prophétique et appliquèrent les enseignements de l’islam. Ils octroyèrent de nombreux droits aux musulmans.

Pour la première fois dans l’histoire de cette vie,  les musulmans ont compris que le gouverneur est un Agent de l’état au service des gens et qui est payé par eux. Il travaille au service de la communauté et pour les intérêts de celle-ci.  Il n’est obéi et écouté que dans ce qu’Allah agrée. Les individus jouissaient de la place qu’ils méritaient.

Nous avons appris de la période des califes bien guidés que le chef disait au peuple: « O vous les gens ! On m’a chargé de vous diriger alors que je ne suis pas meilleur que vous ! Si je fais bien alors aidez-moi ! Par contre si j’agis mal alors donnez-moi la force ! »

Nous avons également appris du califat des imams bien guidés que les biens étaient utilisés et reversés au service des gens et que l’argent abondait dans la communauté. La communauté musulmane représentait une conscience humaine et politique dans le monde à cette époque.

Il n’a pas été connu dans l’histoire de la politique ancienne ou moderne de justice aussi prononcée que celle répandue à cette époque pour les individus.

Cependant, un fait se déroula que les historiens considèrent comme une faiblesse de la masse.

La foule, la masse peut se tromper parfois dans la jouissance de beaucoup de libertés qui lui sont octroyées. Elle peut jouir de ses libertés au point où celles-ci arrivent à être néfastes. Un groupe débarqua à Médine et voulut débattre avec le calife bien guidé Othman Ibn Affan (ra) à propos de certains agissements qui lui étaient attribués. Quelque soient ces agissements, ils ne doivent causer ni trouble ni révolution.

Mais Othman (ra) était un calife bien guidé et il n’a pas pensé agir sous la colère ou inciter ses proches à le soutenir en étouffant cette révolution ou dans un langage moderne  « en tirant sur les manifestants » !

Plutôt, cet homme protégea la vie des gens et fût tué avec sa politique.

Vint après lui Ali ibn abi Talib (ra). Certains extrémistes parmi ceux qui prétendent la piété comme les khawaridjs et leurs suiveurs s’attaquèrent à lui. Ainsi, les 5 ans de son règne furent cinq années de fatigue psychologique et son assassinat fût un repos pour lui.

Le califat des imams bien guidés se termina donc au bout de 30 années comme le prophète (saws) l’avait prédit lorsqu’il a dit : «  le califat après moi durera 30 ans. »

Lui succéda une  politique despotique et c’est bien souvent la conséquence des nombreuses libertés dont les masses n’ont pas joui de la bonne façon. Arriva donc l’état Omeyyade dont la capitale était Damas alors que la capitale des califes bien guidés était Médine.

Cet état se distingua par des affaires qui joueront en sa faveur et d’autres en sa défaveur.

Parmi ce qui est en sa faveur nous trouvons les larges conquêtes à mettre à son actif et qui ont permis d’agrandir le territoire musulman d’est en ouest : à l’est jusqu’en Chine et à l’ouest jusqu’en France.

En sa défaveur maintenant nous trouvons une sorte de politique tyrannique et despotique car le pouvoir demeura familial et le favoritisme était de mise dans les questions d’argent et de libertés ce qui causa l’apparition de classes sociales.

Ces agissements ont fait naître le désordre et les grands dirigeants ne recevaient pas le respect qu’ils méritaient.

Malgré le bien que contenait ce califat, il est possible que c’est le mal qu’il contenait qui fût la cause de son déclin.

Puis vint le califat Abbasside dont la capitale était Bagdad. Ce califat ouvrit les portes de la traduction d’ouvrages du monde entier afin que les musulmans apprennent les autres cultures. Ceci est une bonne chose tant que cela reste de façon raisonné. L’islam est la religion de la saine nature et de la raison, il est donc clair et explicite pour toutes les cultures et face à toutes les civilisations et nationalités. Mais ceci doit se faire dans un but d’examen, de distinguer le vrai du faux et n’ont pas d’être séduit par ce que les autres possèdent notamment s’il s’agit de légendes.

Il se passa que la philosophie grecque et romaine pénétrèrent les pays musulmans et se mélangèrent à la culture musulmane de façon néfaste. La civilisation musulmane devint une victime entre deux types de pratiques différentes : une pratique libertine et une pratique puritaine.

Les croisés profitèrent de cette diversité intellectuelle et de ce trouble psychologique pour attaquer les pays musulmans de toute part : 8 guerres consécutives eurent lieu avec les croisés.

 

2ème partie

O musulmans !

Nous sommes maintenant arrivés à la quatrième période de l’histoire musulmane : celle du califat ottoman dont la capitale était Istanbul.

Cet état a défendu l’islam mais le pouvoir était détenu par les turcs essentiellement ce qui causa une fracture avec les autres nationalités dont les arabes car les sources de l’islam sont arabes, le coran est en langue arabe de même que la sounna du prophète (saws) et les sources de la culture islamique. Le chef musulman doit donc s’arabiser ou laisser le pouvoir à celui qui a la capacité parmi les arabes. C’est ce que les turcs n’ont pas fait et cela  était la cause de ce qui leur arriva. Les musulmans se sont affaiblis dans tous les sens du terme et se sont dégradés,  l’écart entre la civilisation musulmane et européenne se creusa.

Il est vrai que les turcs aimaient énormément la religion et la défendaient mais les sentiments seuls ne suffisent pas pour sauver une croyance, tenir un état et construire une civilisation.

Les turcs étaient très pratiquants mais les sentiments ne suffisent pas , ils doivent être accompagnés de raison, de science et d’une grande expérience.

Les turcs, trop attachés à leur nationalité et à leur langue, ne pouvaient être capables de diriger le monde musulman tout entier.

Les européens ont étudié leurs défaites et lorsqu’ils ont attaqués les turcs et les autres musulmans la force était de leur côté. Les turcs furent défaits et on décomposa l’ « homme malade» en faveur des puissants colonisateurs. L’« homme malade» était une surnom utilisé de manière ironique par les européens afin de décrire l’empire ottoman.

Les musulmans, quelque soient leur couleur et nationalité, vécurent tous sous occupation. Le califat islamique tomba en 1924 avec l’aide de Moustafa  KamalAttaturk.

Le califat représentait une apogée dans l’histoire musulmane, sa disparition fit de la communauté musulmane une communauté orpheline dont tout le monde se sert.

Ainsi arriva la 5ème période : celle de la dissolution et de la division.

L’état musulman se décomposa en plusieurs pays et on ne compta plus un seul dirigeant mais plusieurs. Dans chaque contrée nous trouvons un « chef des croyants » et son minbar !

Les intérêts personnels et les passions les ayant envahis, les défaites et les tristesses sont apparus tout comme les disputes entre les différents groupes et tribus, le racisme, le nationalisme au dépend de l’intérêt général de la communauté.

C’est ce que nous vivons actuellement, la 5ème période de l’histoire.

Cependant, il convient de savoir que la nation musulmane tombe malade mais elle ne meurt pas. Allah a fait d’elle une nation durable appelant à la vérité.

Allah taala a dit :

(Parmi ceux que Nous avons créés, il y a une communauté qui guide (les autres) selon la vérité et par celle-ci exerce la justice)

La communauté musulmane se fatigue mais elle se renouvelle. Le messager d’Allah (saws) a dit :

« Allah envoie au début de chaque siècle pour cette communauté celui qui la revivifie, l’aube arrive après la nuit et la facilité après la difficulté. »

Parmi les choses étonnantes c’est que le prophète (saws) avait cité ces 5 étapes, les événements s’y déroulant et les évènements qui vont suivre ensuite dans un hadith rapporté par Ahmed et jugé bon par Al Albani, d’après Houdhayfa (ra) le messager d’Allah (saws) a dit :

 « La prophétie restera parmi vous autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand Il voudra. Il y aura alors un Califat suivant la voie prophétique, qui vous gouvernera autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand Il voudra. Puis viendra une royauté injuste (et dynastique) qui vous gouvernera autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand Il voudra. Puis viendra une royauté tyrannique qui vous gouvernera autant qu'Allah le souhaitera, puis Allah y mettra un terme quand Il voudra. Puis viendra alors un Califat suivant la voie prophétique. » Puis le Prophète se tut. »

Et dans un autre hadith il dit (saws) :

« Viendront après moi des Califes, puis des Emirs, puis des Rois, et enfin des tyrans. Quelqu’un de ma descendance apparaîtra et remplacera l'injustice qui régnait sur terre par de l'équité. »

Ce hadith annonce la bonne nouvelle à la communauté que viendra un calife suivant la voie prophétique qui sauvera l’islam et qui répandra la religion d’Allah sur terre.

Le musulman doit donc avoir confiance en cette noble promesse et faire tous les efforts possibles pour être une cause de la réalisation de cette promesse. Ce dernier califat signifiant l’épilogue, la fin de cette communauté...

Affichages : 46

Horaires de Prières (*)

Horraires du 24/11/2017
Fajr : 06:54
Dohr : 12:39
Asr : 14:31
Maghrib : 16:54
Isha : 18:14
Prière du vendredi : 14h00 (été) / 13H30 (hiver)
(*) Halluin et environs

Faire un don

Don sécurisé via PayPal ©

« Quiconque fait à Allah un prêt sincère, Allah le Lui multiplie, et il aura une généreuse récompense » - Le Coran, Sourate (57) Le Fer, Verset 11